Actualités

Anniversaire de l'Archéoforum

 
Une foule se presse place Saint-Lambert, y cherche une entrée. Sous la place, une équipe, pleine d’envie, d’inquiétude aussi, vérifie une dernière fois que tout est bien en place. Un site, le lieu qui a vu naître et se développer Liège, s’apprête à devenir « musée »… Nous sommes le dimanche 23 novembre 2003. Il est 10 heures, l’Archéoforum, inauguré la veille en grande pompe, ouvre ses portes pour la première fois au public… Depuis lors, l’espace a accueilli quelque 90.000 visiteurs de tous âges, de tous milieux, de toutes nationalités… 
 
Le défi était de taille. Aménager un site archéologique urbain, conservant quasi exclusivement des éléments de fondations, pour en assurer sa permanence, la permanence de son étude et la permanence de sa diffusion vers le public. Ces trois missions, intimement liées, sont inscrites dans différents programmes et tentent d’évoluer ensemble. L’interprétation du lieu, la mission première confiée à l’équipe en place, impliquait d’envisager cet espace « muséal » en un lieu animé, didactique, voire captivant.
 
Le défi était de grande taille. L’Archéoforum, déjà discret sous ses protections bétonnées, allait devoir vivre dans un milieu confiné en termes de surface d’animation dans un contexte de suprématie récurrente de l’évènementiel au sein du secteur culturel, confiné également par sa localisation au cœur d’une ville dont l’aura touristique est en devenir.
 
Cinq ans après le lancement de cette belle entreprise, l’heure est au bilan. Sans voiler la subjectivité qui nous habite, tel un regard aimant d’une mère sur son enfant, les résultats de ces quelques années de gestion de l’outil nous semblent très positifs et encourageants pour envisager la suite. Ce bilan englobe l’évolution et le développement des animations proposées au public, la politique d’évènements et l’intégration du site dans le tissu touristico-culturel liégeois.
 
Transmettre l’information par une médiation humaine capable d’adapter un discours à un type de public a été le parti pris de départ de l’interprétation du lieu. Cette approche domine et complète une scénographie basée sur l’émotionnel et le suggestif. Des outils supplémentaires aidant à la compréhension du site ont été ajoutés au parcours depuis l’ouverture du site : une maquette en bronze représentant la ville de Liège au XVIIIe siècle, une reconstitution virtuelle en images de synthèse de la cathédrale Saint-Lambert, des maquettes du site, de l’hypocauste et des cathédrales. Les éléments du parcours (objets en vitrine, panneaux, zones accessibles…) évoluent régulièrement, contribuant de la sorte à une perception sans cesse renouvelée du site de la part des visiteurs. Les projets muséographiques des mois à venir enrichiront encore la présentation des collections.
 
Le discours transmis par les guides-animateurs a lui aussi mûri et mis à profit ces cinq années pour intégrer de nouvelles méthodes d’appréhender le passé. Des collaborations avec des professionnels de la pédagogie nous ont permis de mieux adapter encore le contenu des visites au public scolaire qui constitue un tiers de nos visiteurs. Les jeunes, fréquentant l’Archéoforum dans un cadre scolaire ou familial, représentent l’essentiel de notre public. Il était utile de prévoir des animations adaptées, reformulant la visite traditionnelle en une découverte basée sur le questionnement, l’observation, l’analyse critique et la participation active.
 
L’Archéoforum a, depuis son ouverture, organisé ou accueilli des dizaines d’évènements en tous genres. Parmi les plus significatives, les expositions « Mémoire d’une cathédrale », « Lambert, l’évêque assassiné » et « Les dessous de Saint-Lambert. Cent ans de fouilles au cœur de Liège ». De nombreuses manifestations privées ont investi l’espace Paul Lohest (salle polyvalente longeant les vestiges) : le lancement du magazine Liège Express, la remise des prix du « Liégeois de l’année »… L’Archéoforum fut intégré fréquemment au programme de visites protocolaires exceptionnelles comme celle des Souverains en compagnie du Président de la République de Pologne et de son épouse ou encore celles de l’Ambassadeur de Cuba, et du Premier Bourgmestre de la ville de Cologne.
 
Enfin, l’Archéoforum est devenu un partenaire fidèle des opérations de collaboration visant à dynamiser le tourisme à Liège. De multiples accords et partenariats ont été mis en place avec les acteurs locaux principaux : le Trésor de la Cathédrale, le Palais des Princes-Évêques, l’Office et la Maison du Tourisme, l’Aquarium-Muséum, les Territoires de la Mémoire, la Gestion Centre Ville, prochainement le Grand Curtius…
 
Ces efforts ont été payants : 18.000 visiteurs annuels et une intégration forte de l’Archéoforum dans la vie culturelle liégeoise, mais aussi une immense satisfaction éprouvée par les agents de l’Institut du Patrimoine wallon liés au projet Archéoforum de participer depuis ce 23 novembre 2003 à une aventure patrimoniale riche, unique et intrinsèquement humaine.
L'équipe de l'Archéoforum
« Retour