Vous êtes ici : Accueil >> L'Archéoforum >> Boutique >> Nouveautés

Nouveautés

Sur les traces de la Wallonie française

Auteur : Frédéric Marchesani

Publication : Institut du Patrimoine wallon, 2014, 240 p.

Prix : 35€

1789. Plusieurs foyers de révolutions éclatent en Wallonie dont les plus célèbres sont la révolution liégeoise et la révolution brabançonne. En 1792 et 1794, les armées républicaines pénètrent à deux reprises sur le sol wallon et entament l’occupation de nos territoires. Les Français préparent l’annexion, officiellement entérinée par la Convention le 1er octobre 1795. Ce rattachement marque irrémédiablement la fin de l’Ancien Régime dans nos contrées après plusieurs années de troubles révolutionnaires et de campagnes militaires. Suivent près de vingt années de régime français, caractérisées par une série de bouleversements qui changent radicalement la face de l’histoire et laissent des traces encore perceptibles aujourd’hui. Si cette période a été étudiée sous de nombreux aspects, les traces matérielles qui en subsistent n’avaient jamais fait l’objet d’un recensement systématique sur l’ensemble du territoire de la Wallonie actuelle, si ce n’est pour la campagne de 1815. Le bicentenaire de la bataille de Waterloo était l’occasion de rappeler les faits liés à la chute de Napoléon mais surtout les vingt années qui l’ont précédée. Grâce à de nombreuses notices richement illustrées et à deux cartes inédites de la Wallonie sous le régime français, le lecteur partira sur les traces de cette époque qui sont parvenues jusqu’à nous. Cet ouvrage permettra au lecteur de découvrir ou redécouvrir par l’intermédiaire de ces éléments patrimoniaux l’histoire de nos contrées entre 1789 et 1815, autant de témoignages, quelquefois bien discrets, que nous ont laissés la République, le Consulat et l’Empire.



La route de la Grande Guerre en Wallonie (Itinéraires du patrimoine wallon, n°8)
Auteurs : Christine Caspers, avec la collaboration de Pascal Kuta
Publication : Institut du Patrimoine wallon, Namur, 2014, 232 p.
Prix : 12€



Cet Itinéraire propose une sélection de lieux liés à la Première Guerre mondiale à travers les provinces wallonnes les plus marquées par le conflit. Souvent érigées dans l’Entre-deux-Guerres dans un souhait de perpétuation du souvenir, ces diverses traces — cimetières, monuments aux morts, mémoriaux, stèles, statues — demeurent aujourd’hui les uniques témoins tangibles d’événements tragiques dont la commémoration constitue un devoir citoyen.

Loin d’être un livre d’histoire, cet ouvrage est axé sur la description de ce patrimoine mémoriel et de sa valeur évocatrice en le replaçant néanmoins dans son cadre historique. Outre ces traces situées le plus souvent à l’air libre, l’Itinéraire met également à l’honneur des musées, centres d’interprétation, lieux de commémoration en rapport avec la Grande Guerre pour lesquels le lecteur trouvera tous les renseignements pratiques destinés à l’organisation de ses visites.









Un champ de bataille : Ploegsteert et Warneton 1914-1918 (Carnet du Patrimoine, n°122)
Auteurs : Francis de Simpel et Dominique Loridan
Publication : Institut du Patrimoine wallon, Namur, 2014, 52 p.
Prix : 5€

Après un siècle, les Belges vont découvrir ou redécouvrir un des théâtres d'opérations militaires de la Première Guerre mondiale s'étendant de la mer du Nord à la Lys

où trois armées, l'armée belge, l'armée française, l'armée britannique et ses alliés du Commonwealth affrontèrent l'armée allemande. La ligne de front va traverser le territoire de la ville de Comines-Warneton, ce qui en fait le seul territoire de la Wallonie actuelle qui a connu quatre années durant les affres des combats et la destruction totale de la région.

 La ville de Comines-Warneton est située au sud de la ville d'Ypres à environ douze kilomètres. Il en résulta que son sort fut  étroitement lié aux affrontements qui s'y déroulèrent.

 Ce Carnet évoque succinctement les grandes lignes des évènements que connut la région et dévoile les traces qui subsistent dans le paysage malgré les années et les activités qui les font disparaître




Le mémorial interallié de Cointe à Liège (Carnet du Patrimoine, n°122)
Auteurs : Jacques Barlet, Olivier Hamal et Sébastien Mainil
Publication : Institut du Patrimoine wallon, Namur, 2014, 52 p.
Prix : 6€


Résistant à l’invasion allemande en août 1914, Liège se voit décerner la Légion d’Honneur qui lui est remise par le Président de la République française Raymond Poincaré le 24 juillet 1919.

 La même année, l’architecte Paul Jaspar conçoit un projet de « Beffroi de la Victoire » de 90 m de haut à ériger à proximité de l’hôtel de ville et du Perron, symbole des libertés liégeoises, projet resté sans suite. Un Comité international sollicite l’appui des pays alliés pour ériger sur la colline de Cointe à Liège un monument à la gloire des soldats alliés. Le « Comité Merode » confie à l’architecte anversois Joseph Smolderen la conception d’un ensemble monumental comprenant l’église du Sacré-Cœur et le Mémorial interallié, haut de 75 m. La première pierre de l’église est posée le 21 juin 1925 tandis que les travaux d’érection du monument civil débutent en septembre 1928 pour être inauguré le 20 juillet 1937.

 La « crypte » abrite les monuments franco-belge, roumain et espagnol, tandis que la vaste esplanade accueille dans sa « salle des pylônes » les monuments italien, grec, polonais, anglais et russe. L’ensemble monumental est classé par arrêté du 24 janvier 2011.




Le château de la Royère à Néchin (Carnet du Patrimoine, n°121)

Auteurs : Isabelle Deramaix (direction)
Publication : Institut du Patrimoine wallon, Namur, 2014, 32 p.
Prix : 4€



Le château de la Royère à Néchin est un joyau patrimonial très mal connu. Après avoir suscité l’intérêt d’érudits au XIXe siècle, il a sombré dans l’oubli. Aujourd’hui, ses propriétaires souhaitent lui donner un nouveau souffle. Dans ce cadre, une étude archéologique a été réalisée mettant en évidence la chronologie et la richesse de ce site. Fondé vers la fin du XIIe siècle, cette résidence castrale est transformée en forteresse militaire au début du XIVe siècle. Cette mutation s’inscrit dans le contexte des guerres de Flandre et semble l’œuvre de l’administration de Philippe le Bel. L’enceinte réalisée à cette époque recèle à la fois un certain archaïsme et une part de modernité. Son architecture témoigne d’originalité, de raffinement et de majesté assez inédits et remarquables.







La grotte de Walou, un site exceptionnel du Néolithique (Carnet du Patrimoine, n°120)

Auteur : Christelle Drailly
Publication : Institut du Patrimoine wallon, Namur, 2014, 40 p.
Prix : 5€

Située à environ 10 km au sud-est de Liège, la grotte Walou surplombe de 25 m la Magne, affluent de la Vesdre. De nombreuses occupations préhistoriques s’y sont succédé. Son épaisse séquence stratigraphique est la mieux documentée pour le Pléistocène supérieur du karst belge. Vingt-cinq couches sur les quarante-cinq de la séquence ont livré du matériel archéologique depuis le  Paléolithique moyen jusqu’au Néolithique. Dans la couche CI-8 contenant l’occupation moustérienne, la plus riche du site, une dent d’homme de Neandertal a été mise au jour.

 Toutes les industries ont été réalisées en silex. Seules les occupations gravettienne et aurignacienne ont livré d’autres matériaux travaillés par l’homme : bois de cervidés, os, ivoire et minéraux. De nombreux restes de faune ont été découverts. Une activité de pêche a été identifiée, aussi bien durant le Paléolithique moyen que durant le Paléolithique supérieur et le Néolithique.

 Grâce à une approche interdisciplinaire s’appuyant sur la géologie, l’étude des pollens, des charbons de bois, les méthodes de datation, le cadre chronostratigraphique et paléoenvironnemental des occupations y est bien établi





Grande guerre. L'image du souvenir en Wallonie
Auteur : Guy Focant, Pascal Kuta
Publication : Namur, Institut du Patrimoine wallon, 2014, 272 p.
Prix : 30€

Tous, nous avons en tête les récits de nos (arrière)-grands-parents évoquant les troupes de la mort, les villages qui brûlent, hommes, femmes et enfants fusillés sans distinction...
Ces scènes apocalyptiques de la Première Guerre mondiale ont marqué nos pères.
Et la mémoire a traversé les générations. Qui, aujourd'hui encore, n'a pas participé au moins une fois dans sa vie à une commémoration de l'Armistice, le 11 novembre ?
Le conflit de 1914 à 1918 se fait toujours entendre, un siècle après le début des hostilités. Il n'y a plus de témoins, mais le souvenir est toujours bien vivace aux quatre coins de la Wallonie. C'est ce que donne à voir ce livre, grâce à des photos actuelles de grande qualité, réalisées par Guy Focant, photographe de talent, et grâce à la remise en contexte de Pascal Kuta, historien à la plume alerte et ciselée. Pour rappeler aux générations futures ce qu'était la guerre. La grande !