Vous êtes ici : Accueil >> L'Archéoforum >> Boutique >> Publications Patrimoine

Publications Patrimoine



Le patrimoine de Marche-en-Famenne
Auteur : Christophe Masson
Publication : Institut du Patrimoine wallon, Namur, 2014, 274 p.
Prix : 25€


Belle synthèse consacrée à l’histoire et au patrimoine de la commune de Marche-en-Famenne, cet ouvrage part à la découverte des richesses architecturales et culturelles du centre-ville de Marche bien sûr, mais aussi des douze villages qui composent l’entité marchoise actuelle, à savoir Aye, Champlon-Famenne, Grimbiémont, Hargimont, Hollogne, Humain, Lignières, Marloie, On, Roy, Verdenne et Waha.

 Tour à tour sont évoqués l’habitat, des châteaux aux maisons bourgeoises, la vie religieuse, avec églises et chapelles, les bâtiments et monuments publics, des fortifications aux fontaines publiques, la vie culturelle, des musées à l’école de lutherie, ou encore l’histoire économique, des fermes d’antan aux zonings contemporains.








L'église Saint-Denis à Liège (carnet du patrimoine, n°119)
Auteur : Luc Etienne
Publication : Institut du Patrimoine wallon, Namur, 2014, 40 p.
Prix : 5€

Église millénaire aux allures de forteresse médiévale, collégiale jusqu’à la Révolution française, Saint-Denis reste, malgré les transformations, un bel exemple de l’art deconstruire au temps de Notger.

 À l’intérieur, elle allie de façon étonnante les styles roman, baroque et gothique ; on peut notamment y admirer un superbe retable (début XVIe du siècle) récemment restauré et remis en place, le plus vieux buffet d’orgue de la région (1589), des peintures et des sculptures d’artistes liégeois : Lambert Lombard, Jean Del Cour, Englebert Fisen, Van der Werck, Robert Verburg… Bref, une église méconnue au patrimoine riche et diversifié.











Les carnets de l’archéologie
Publication : Namur, Institut du Patrimoine wallon, 2014.
Prix : 6€ l'unité, 50€ pour les 11

À l'occasion des 25 ans de la régionalisation de l'archéologie et dans le cadre d'Archéo 2014, l'Institut du Patrimoine wallon sort de presse 11 nouveaux carnets du patrimoine liés à l'archéologie.

Le premier carnet (n°10!) "L'archéologie en question" explique le comment du pourquoi de l’archéologie en Wallonie. Les dix autres sont chacun dédiés à une période spécifique : Paléolithique et Mésolithique (109), Néolithique (110), Âge des métaux (111), Époque romaine (112 et 113), Époque mérovingienne (114), Moyen Âge (115 et 116), Temps modernes et Époque contemporaine (117 et 118).

Chaque carnet peut être acheté séparément au prix de 6€. La collection complète, regroupée dans un coffret tiré à un nombre limité, peut être acheté au prix de 50€.

Un excellent moyen de découvrir la travail, le quotidien et les découvertes des archéologues de notre région que l'on soit passionné d'archéologie ou que l'on souhaite simplement la découvrir ! Une offre exceptionnelle à ne pas manquer !



























































Sur les traces des anciens "pays" de Wallonie


Auteur : Frédéric Marchesani
Publication : Namur, Institut du Patrimoine wallon, 2013, 384 pages
Prix : 45€

1795. Les territoires de l’actuelle Wallonie sont annexés à la République française. Ce rattachement marque irrémédiablement la fin de l’Ancien Régime dans nos contrées et la disparition définitive de principautés pluriséculaires qui existaient depuis le Xe et le XIe siècle. Si certains sont oubliés ou méconnus du grand public, ces anciens « pays » restent parfois très présents dans l’inconscient collectif de tous les Wallons.

En effet, nos cinq provinces tirent leur nom de ces anciens « pays » médiévaux. Si l’histoire de ceux-ci a été étudiée sous de nombreux aspects depuis près d’un siècle et demi, les traces matérielles qui en subsistent n’avaient jamais fait l’objet d’un recensement systématique sur l’ensemble du territoire de la Wallonie actuelle.
Grâce à de nombreuses notices richement illustrées, à des cartes inédites et à une liste des anciennes localités
(avant fusion de 1976) qui permet de situer géographiquement celles-ci dans les frontières antérieures à 1795,
le lecteur partira sur les traces de quatorze « pays » d’Ancien Régime parvenues jusqu’à nous : celles de la principauté abbatiale de Stavelot-Malmedy, de la principauté épiscopale de Liège, du marquisat de Franchimont, du duché de Bouillon, du comté de Namur, du comté de Hainaut, du duché de Luxembourg, du duché de Brabant,
du duché de Limbourg et des Pays d’Outremeuse, du Tournaisis, du comté de Flandre, du royaume de France
et de l’Électorat de Trèves.

Cet ouvrage permettra ainsi au lecteur de découvrir ou de redécouvrir par l’intermédiaire de ces éléments patrimoniaux l’histoire de nos contrées lorsqu’elles étaient morcelées, autant de témoignages, quelquefois bien discrets, que nous ont laissés de lointains comtes, ducs, princes, rois et empereurs.



La collégiale Sainte-Croix à Liège
Auteur : Matthieu Piavaux
Publication : presses universitaires de Namur, 2013, 480 p.
Prix : 70€

La collégiale Sainte-Croix de Liège est édifiée entre le début du XIIIe siècle et le milieu du XVe siècle, selon des choix architecturaux très originaux qui ont de tous temps intrigué les auteurs. Cet ouvrage abondamment illustré retrace l’histoire d’une église singulière, depuis ses origines jusqu’aux derniers travaux de restauration du XXe siècle. Il en étudie ensuite les formes dans une perspective plus large, afin d’en chercher l’origine et de mieux comprendre leur adoption par des chanoines liégeois du bas Moyen Âge. Les résultats montrent que, loin de se cantonner à un contexte stylistique et technique régional, l’église Sainte-Croix s’intègre également, à sa manière, dans une histoire de l’architecture plus globale, et bénéficie tout autant des apports et influences de l’architecture du Nord de la France que des expériences menées en terre d’Empire au bas Moyen Âge.








175 ans du Passage Lemonnier
Auteurs : Olivier Hamal, Jacqueline Remits (direction)
Publication : Passage Lemonnier, 2014, 416 p.
Prix : 45€

Découvrez, pour la première fois, sous la direction de Olivier HAMAL et Jacqueline REMITS, l’histoire complète de la plus ancienne galerie commerçante de Belgique, à travers de nombreuses anecdotes : de sa construction sur des terrains conquis sur des biez de la Meuse, jusqu’à sa première rénovation, en passant par les grands moments de la vie de la Cité (inondations, guerres mondiales, essor commercial de l’après-guerre, etc.). C’est l’histoire d’un véritable quartier au cœur de la ville : photos et documents exclusifs ou étonnants, foisonnent au fil des pages du livre des 175 ans au Passage LEMONNIER.
















L'église Saint-Étienne de Waha (Carnet du Patrimoine, n°107)

Auteurs : Denis Henrotay, Isabelle Lecocq, Philippe Mignot et Francis Tourneur
Publication : Namur, Institut du Patrimoine wallon, 2013, 40 pages
Prix : 5€


Waha est un village établi à flanc de la bande calcaire, appelée Calestienne, qui s’étale d’ouest en est. La rue principale, l’axe du village, lui est parallèle et domine d’une cinquantaine de mètres la dépression faménienne. À l’ouest et au nord, les premières crêtes du Condroz délimitent le champ visuel. Mais Waha, c’est d’abord au milieu d’un village étiré, une église. Et quelle église !

En 2003-2004, l’artiste belge Jean-Michel Folon réalise six grands vitraux pour les fenêtres des collatéraux de l’église Saint-Étienne de Waha, série complétée par dix autres nouveaux vitraux dans les huit fenêtres hautes de la nef et le jubé, par le même artiste. La seconde partie de ce Carnet du Patrimoine est entièrement consacrée à l’étude de ces vitraux.











De l'Émulation au Théâtre de Liège (Carnet du Patrimoine, n°106)

Auteurs : Pierre De Wit, Salomé Frémineur, Freddy Joris et Anne-Françoise Lemaire
Publication : Namur, Institut du Patrimoine wallon, 2013, 60 pages
Prix : 6€


La réaffectation de l’ancien bâtiment de l’Émulation, place du Vingt Août à Liège, au profit du Théâtre de la Place rebaptisé Théâtre de Liège, a pris plusieurs années et a impliqué de nombreux acteurs. Au cours d’un long processus évolutif et riche en rebondissements, l’Institut du Patrimoine wallon (IPW) fut longtemps à la manœuvre dans l’ombre pour concevoir des formules, convaincre des acteurs et concrétiser des accords. Ce Carnet du Patrimoine est consacré à la fois au long processus de sauvetage du monument classé et à l’intégration dans celui-ci d’ajouts contemporains pour permettre sa réaffectation dans la vie culturelle liégeoise.

L’IPW se charge ici de rappeler la chronique du dossier. Le bureau d’architecture de Pierre Hebbelinck et Pierre de Wit présente la méthodologie des interventions qui ont permis de créer un nouveau théâtre dans un patrimoine bâti. Les deux acteurs culturels impliqués dans l’opération, eux, retracent chacun l’histoire de leur institution et leur rôle respectif dans l’opération : la Société libre d’Émulation, d’une part, le Théâtre de la Place, désormais Théâtre de Liège, d’autre part.








L'Opéra royal de Wallonie à Liège (Carnet du Patrimoine, n° 105)

Auteur : Frédéric Marchesani
Publication : Namur, Institut du Patrimoine wallon, 2013, 52 pages
Prix : 6€

Depuis  bientôt deux siècles, le Théâtre royal rythme la vie culturelle liégeoise. Devenue il y a près de cinquante ans l’Opéra royal de Wallonie, l’institution a célébré dignement en septembre 2012 la réouverture au public de son écrin après un important chantier de restauration. Le bâtiment, connu de tous les Liégeois, reste l’un des édifices-phares du XIXe siècle en Cité ardente. Son architecture néoclassique et son décor de style Empire attirent les regards. De son édification à sa dernière restauration, ce Carnet retrace l’histoire et l’évolution de sa construction ; il revient également sur près de 280 ans d’activité lyrique, des origines de l’art théâtral en principauté de Liège jusqu’à nos jours.















Sur les traces de 14-18 en Wallonie. La mémoire du patrimoine

Auteurs : Daniel Conraads, Dominique Nahoé
Publication : Namur, Institut du Patrimoine wallon, 2013, 360 pages
Prix : 45€

Le 4 août 1914, vers 10 h, le cavalier Antoine Fonck tombe sous les balles à Thimister. Il est le premier soldat belge tué. Le 10 novembre 1918, sept officiers allemands en fuite franchissent la frontière belgo-néerlandaise à Mouland. L’un d’eux n’est autre que le Kaiser Guillaume II. Il a abdiqué la veille à Spa. L’Armistice est signé le lendemain. La Grande Guerre se termine à une vingtaine de kilomètres de là où elle a commencé.

Cinquante et un mois se sont écoulés entre ces deux dates, faits de privations, de souffrance et de mort pour les populations. D’est en ouest et du nord au sud, pratiquement aucune région de Wallonie ne sera épargnée par les horreurs de la première « guerre totale ».

Enrichi de nombreuses illustrations parfois inédites, ce livre résulte de trois ans de recherches sur le terrain,
autant que dans les archives, relate des évènements connus, épisodes méconnus, analyses, anecdotes. Il sillonne les chemins sanglants de l’invasion. Il raconte la sinistre occupation : le siège des forts de Liège et de Namur, le martyre de Herve, Visé, Andenne, Tamines, Dinant et de bien des villages, les quartiers ravagés, la boucherie des combats en Gaume et les tourments infligés aux civils, la légende fantastique des Anges de Mons, la guerre de Churchill et d’Hitler à Ploegsteert et à Comines, le premier rideau de fer de l’histoire, les réseaux d’espionnage, les déportations, la vaste entreprise de reconstruction après la victoire. L’ouvrage répertorie également les héritages encore tangibles que la Grande Guerre a laissés en Wallonie dans les paysages, les rues, les monuments, la mémoire collective... En mémoire d’hier pour raviver notre mémoire d’aujourd’hui.



Splendeurs domestiques. Les carrelages de sol et de mur en céramique et en ciment en Belgique (Dossier de l'IPW, n° 11)

Auteur : Mario Baeck
Publication : Namur, Institut du Patrimoine wallon, 2013, 336 pages
Prix : 30€

Ce livre a pour objectif de retracer l’histoire des réalisations en carreaux de tous types en Belgique en général et en Wallonie en particulier depuis l’Antiquité jusqu’après la Seconde Guerre mondiale.
Grâce à leur savoir-faire et à de nombreuses innovations technologiques, les principaux fabricants belges des XIXe et XXe siècles sont parvenus à produire à l’échelle industrielle des carreaux et des panneaux décoratifs dont la qualité, la diversité et la beauté ont contribué, durant plusieurs décennies, à leur renommée en Belgique et ailleurs.
Ce patrimoine, fragile et méconnu, mérite donc toute notre attention en recourant à différentes méthodes d’entretien et de restauration relativement aisées à mettre en œuvre. Richement illustré, un échantillon de remarquables réalisations de carreaux en Wallonie clôt cet ouvrage







Le patrimoine de Liège (Carnet du Patrimoine, n° 103)

Auteur : Sébastien Dubois
Publication : Namur, Institut du Patrimoine wallon, 2013, 48 pages
Prix : 6€


Décrire en quelques pages le patrimoine de Liège est à la fois un plaisir et un défi. Face à l'importance du patrimoine de la cité ardente, fils de la richesse de son histoire, l’auteur doit faire preuve d’un art de la synthèse et surtout d’une grande humilité.
Quelques chiffres suffiront à s'en convaincre. En Wallonie, on dénombre actuellement 3.945 biens classés au titre de monument, de site, de site archéologique ou d’ensemble architectural. Parmi ceux-ci, on en recense, 443 sur le territoire de la seule ville de Liège ! Cela signifie que 11,2% du patrimoine wallon est liégeois, mais aussi que ce petit ouvrage ne pourrait accueillir la simple énumération de tous les édifices classés. Parions néanmoins qu’il mettra l’eau à la bouche du lecteur, désireux de goûter aux saveurs du vaste patrimoine de Liège !












La collégiale Saint-Barthélemy de Liège (Carnet du Patrimoine, n°102)

Auteurs : Emmanuel Vanderheyden, Isabelle Zumkir, Jean-Marie Kinet, Anne Longrée et Jacqueline Baiwir
Publication : Namur, Institut du Patrimoine wallon, 2013, 64 pages.
Prix : 6€


Entre les coteaux verdoyants de la citadelle et le ruban miroitant de la Meuse, les rues Féronstrée – la rue des ferronniers – et Hors-Château – hors de l'enceinte érigée par Notger –, bordées d'hôtels aristocratiques, de maisons modestes, d'impasses et de monuments, mènent de la place Saint-Lambert, cœur historique de Liège, à la place Saint-Barthélemy. Celle-ci, harmonieusement réaménagée, est devenue aujourd'hui un carrefour culturel. Le regard y est d'emblée attiré par un surprenant surgissement qui contraste violemment avec les façades de briques aux fenêtres raidies de pierres grises qui l'entourent : c'est la collégiale Saint-Barthélemy, presque millénaire, écrin d'un des plus grands chefs-d’œuvre de l'art médiéval de l'Occident, les fonts baptismaux du baptistère de la cathédrale Saint-Lambert détruite pendant la Révolution liégeoise. L'imposante bâtisse romane, qui s'est parée d'une « robe lumineuse », abrite encore bien d'autres joyaux à découvrir…









 

Carnet du Patrimoine 92
 
Le patrimoine de Viroinval (Carnet du Patrimoine, n° 92)

Auteur(s) : Pierre Cattelain, Mathieu Bertrand et Jean-Marc Delizée (dir.)
Prix : 6.00 €

Aux confins de la Fagne namuroise, Viroinval égrène ses huit villages et trois hameaux dans les superbes paysages de la Calestienne et de la Thiérache ardennaise qui lui ont valu la reconnaissance comme Parc naturel.

Au cœur d'un environnement riche et diversifié, d'innombrables balades vous emmènent à la découverte d'un patrimoine tout aussi varié et souvent classé, allant de la grotte préhistorique à l'art le plus contemporain, en passant par châteaux, églises, chapelles, gares... Sans oublier que Viroinval, c'est aussi cinq musées, des écrivains de renom et une tradition carnavalesque.

À pied, à vélo, à cheval ou en voiture, en train à vapeur, en barque, voire en kayak, Viroinval, à l'écart des sentiers battus, est un petit coin de Wallonie à découvrir ou à redécouvrir sans modération.

Carnet du Patrimoine 90
 
Limbourg, une nature intacte, un patrimoine exceptionnel (Carnet du Patrimoine, n° 90)


Auteur(s) : Valérie Dejardin
Prix : 6.00

L'autoroute Liège-Aachen met la ville de Limbourg à la portée des automobilistes qui désirent quitter les centres encombrés et profiter d'une région verte, située non loin des Hautes Fagnes et du barrage de la Gileppe.
Si l'ancienne place forte de Limbourg, capitale du duché du même nom, reste l'attrait patrimonial de la commune, les cinq villages qui la composent, blottis entre le pays de Herve et le massif ardennais, offrent, chacun avec sa spécificité, des raisons de s'attarder. Comme nous le verrons dans ce Carnet, la ville de Limbourg présente à la fois un intérêt paysager, historique, mais surtout architectural. Partons donc découvrir le patrimoine de Limbourg, Hèvremont, Goé, Dolhain et Bilstain.

Eglises de Wallonie 5
 
05. Province du Luxembourg
Eglises paroissiales de Wallonie de 1830 à 1940
 
Auteur(s) : M. Bertrand, N. Chenut
Prix : 12.00 €

Cette nouvelle collection des "Inventaires thématiques", consacrée aux églises paroissiales de Wallonie construites entre 1830 et 1940, a pour objectif de proposer une base de données où les critères de sélection sont résolument d'ordre architectural. L'inventaire est conçu pour devenir un outil "objectif" d'aide raisonnée à l'intention des divers responsables du patrimoine. L'évaluation patrimoniale de chaque monument prend en compte un faisceau de paramètres tels que l'impact paysager ou urbanistique, l'originalité ou la cohérence de l'architecture ou encore l'état de conservation.

Carnet du Patrimoine 88
 
 
Le patrimoine de l'entité d'Yvoir, entre Meuse et Bocq [88]
 
Auteur : Jean Germain
Prix : 6.00 €

Au pied de la forteresse déchue de Poilvache, siège d'une puissante prévôté, sur la rive droite de la Meuse à mi-chemin entre Namur et Dinant, s'étirent trois villages mosans qui ont nom Godinne, Yvoir et Houx. La commune d'Yvoir se prolonge perpendiculairement en remontant la vallée du Bocq jusqu'à Spontin, jalonnée de localités plus rurales occupant le plateau condruzien. Une région marquée autrefois par l'existence de forges, dont il subsiste quelques vestiges mais surtout de belles demeures de maîtres de forges. Une région marquée aussi par l'exploitation de carrières de petit granit et de grès, pierres qu'on retrouve omniprésentes dans le bâti de la forteresse de Poilvache, des châteaux de Spontin et d'Evrehailles, mais aussi dans de puissantes fermes carrées et de plus modestes maisons ouvrières. Un lieu marqué aussi par le tourisme aujourd'hui, depuis les villas mosanes jusqu'aux gîtes de caractère, et une nature encore préservée. Sans oublier l'écume de bières toujours artisanales.

Carnet du Patrimoine 87
 
 
Wavre, une ville au patrimoine méconnu [87]
 
Auteur(s) : Joseph Tordoir et le Cercle d'Histoire, d'Archéologie et de Généalogie de Wavre
Prix : 6.00 €

Depuis le Moyen Âge, Wavre, ville chef-lieu de la nouvelle Province du Brabant wallon (1995), a toujours été un centre commercial important. En partie défigurée par quelques grands cataclysmes de l'histoire (incendies et guerres), elle a néanmoins su préserver quelques éléments patrimoniaux exceptionnels tant en son coeur, que dans ses hameaux et écarts longtemps restés à l'abri de toute forme d'urbanisation.

Aujourd'hui, poumon économique du Brabant wallon situé a seulement 20 km de Bruxelles, cette ville tente de préserver son identité culturelle tout en ouvrant toutes grandes ses portes à la modernité.


Carnet du patrimoine86
 
 
Péruwelz, ville frontalière [86]
 
Auteur : Dimitri Kadjanski
Prix : 4.00 €

A travers ces pages, nous vous invitons à parcourir les principaux sites patrimoniaux de la cité frontalière de Péruwelz. Ses richesses architecturales reflètent l'expansion de l'industrie de manufacture qui, dès le XVIIe siècle, permet à la bourgeoisie locale d'édifier de somptueuses demeures, d'affirmer leurs idéologies et de redessiner le territoire.

Ces lignes fournissent des clés tant sur le plan chronologique que sur les éléments du patrimoine péruwelzien. Du bourg médiéval aux "années folles", l'évolution de la ville est abordée sous toutes ses coutures du style tournaisien aux ambiances néo-classiques en passant par l'éclectisme et l'Art Nouveau. Parcs, forêt domaniale de Bon-secours ou encore zones humides susciteront l'intérêt des amateurs de nature. Sous l'approche didactique, chacun s'y retrouve.


Carnet du patrimoine 85
 
 
Le patrimoine de Braine-le-Château [85]
 
Auteur : Jean-Louis van Belle
Prix : 5.00 €

Braine-le-Château est sans conteste l'une des plus pittoresques communes de l'ouest du Brabant wallon. Son relief vallonné, ses chemins creux, ses nombreux témoins architecturaux du passé offrent aux visiteurs une palette chatoyante où se rencontrent et se côtoient art et nature en d'heureux et surprenants tête-à-tête. Le lecteur jugera.

Au centre de la cité se dresse le célèbre pilori, exemplaire unique de ce type conservé en Belgique voire en Europe, il date de 1521. A proximité le château féodal qui remonte au XIIIe siècle, la Maison du Bailli splendide demeure de la moitié du XVIe siècle, aujourd'hui siège du Syndicat d'Initiative et de la Maison de l'Outil, auxquels viennent s'ajouter le lapidarium, le gisant de Maximilien de Hornes (dans l'église), le moulin banal (musée de la meunerie) et la brasserie banale et non loin de là trônant au sommet de la vallée, les mottes féodales du XIe - XIIe siècle. Bref une invitation à la promenade par monts par vaux à la découverte de témoins du passé.


Carnet du Patrimoine 84
 
 
Soignies, cité de saint Vincent et pays de la pierre bleue [84]
 
Auteur(s) : Caroline Balate, Jacques Deveseleer, Monique Maillard-Luypaert
Prix : 6.00 €

Soignies intra-muros tire son attrait d'une allure traditionnelle que lui confère l'inflexion de ses petites rues convergeant vers l'imposante collégiale Saint-Vincent. Placée au rang du patrimoine exceptionnel de Wallonie, cet édifice millénaire, d'une remarquable authenticité, constitue la clé de voûte du paysage sonégien et de l'histoire de cette ancienne "bonne ville" de Hainaut.
En effet, la "cité de saint Vincent" fut, durant l'Ancien Régime, une seigneurie ecclésiastique aux mains d'un puissant chapitre de chanoines. De cette époque subsitsent notamment plusieurs demeures canoniales à l'architecture soignée et des chapelles classées, dont celle du Vieux Cimetière formant, avec son écrin arboré parsemé de monuments funéraires et votifs, un site privilégié.
Partout ici, sous diverses formes, est mise en valeur la "pierre bleue", précieuse ressource du sous-sol local, qui assura le développement de la ville à l'ère industrielle et qui, aujourd'hui encore, connaît une réputation internationale.


Carnet du patrimoine 83
 
 
Le Saint-Gilles à Namur. De l'hôpital au Parlement wallon [83]
 
Auteur(s) : Emmanuel Bodart, Thérèse Cortembos et Jean Plumier
Prix : 6.00 €

Implanté au confluent de la Sambre et de la Meuse, au pied de la citadelle et de l'ancien château comtal, le Saint-Gilles fut établi au coeur d'un des plus vieux quartiers de Namur, le Grognon.
Erigé entre 1667 et 1724, l'ensemble architectural actuellement visible est le fruit d'une reconstruction complète de la principale institution hospitalière d'Ancien Régime à Namur, dont les origines remontent au XIIIe siècle. Tout au long de son histoire, il a accueilli les pélerins, les pauvres, les malades, les vieillards et les enfants orphelins ou abandonnés.
Désaffecté en 1965, il a bénéficié d'une importante restauration de 1990 à 1998.
Depuis lors, il accueille le Parlement wallon. Les auteurs livrent une synthèse de l'histoire de l'hôpital et de son site, fruit des enquêtes archéologiques, architecturales et historiques qu'ils ont menées parallèlement aux travaux de réaffectation du bâtiment.

Carnet du patrimoine 82

Le Centre, une région façonnée par l'industrie [82]
 
Auteur : Isabelle Sirjacobs
Prix : 6.00

La région du Centre a cette particularité de condenser sur son territoire de nombreux témoignages de l'ère industrielle et reflète ainsi la grande diversité de l'industrie depuis les charbonnages jusqu'aux fabriques d'art appliqué.
Qu'ils soient lieux de travail ou lieux de vies, monuments ou ouvrages d'art, cités ouvrières ou maisons directoriales, terrils ou mottes de carrières, ils font partie de notre patrimoine au même titre que nos églises ou nos châteaux.
Ce patrimoine si singulier est d'autant plus perceptible dans le Centre qu'il concerne toutes les strates de la société, depuis l'ouvrier jusqu'au directeur. Les traces immuables laissées dans le paysage par l'efflorescence industrielle permettent d'appréhender le passé d'une région étonnante que vous pourrez, grâce à ce carnet, (re)découvrir autrement.

      
Carnet du Patrimoine 81

Le patrimoine de Lessines [81]
 
Auteur : Gérald Decoster
Prix : 6.00

Capitale des Terres de Débats, ville natale de René Magritte et cité de traditions, Lessines ne demande qu'à se dévoiler. Le principal de son patrimoine se découvre dans la vieille ville, autrefois ceinturée de remparts. Rassemblés autour de la place Alix de Rosoit, l'ancien couvent des Soeurs noires, autrefois béguinage, l'église décanale Saint-Pierre, millénaire et surtout, l'hôpital Notre-Dame à la Rose, de renommée internationale, demeurent les témoins de la prospérité de la cité. Lessines, c'est aussi l'exploitation du porphyre qui connut son apogée à la charnière des XIXe et XXe siècles et qui mena au développement de la ville basse, autour de l'église Saint-Roch, non loin du quartier d'Houraing qui vit naître l'agglomération en des temps forts reculés. De ce passé, Lessines conserve d'importantes traditions : la procession de la Mise au Tombeau, le Vendredi Saint, le Festin, remontant à 1578, sans oublier le Cayoteu 1900 et ses géants.

  

Carnet du Patrimoine 77

Le patrimoine de Blegny [77]
 
Texte de C. Ahn, C. Baré, A. Cueulemans, J. Defer, J. de Leval, M. Demars-Housset, A. Gilissen, C. et S. Houbart, J. Maquet, M. Ory, A. et C. Prion-Pansius et P. Schaeken;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2011, 60 p.
Prix : 6 €.
 

Véritable guide, ce Carnet vous permet de découvrir les plus beaux édifices de la commune de Blegny grâce aux récits de passionnés blegnytois. Outre leur patrimoine naturel, les sept villages sont parsemés de richesses architecturales qui valent la peine de s'y pencher un instant. D'ici ou d'ailleurs, tous pourront se balader dans les campagnes en profitant des vestiges du passé et, surtout, en apprenant un petit bout d'histoire de l'entité.


   
Carnet du patrimoine 79

Le patrimoine de l'abbaye Notre-Dame du Vivier à Marche-les-Dames [79]
 
Auteur(s): Fr. R.-Ferdinand Poswick, o.s.b. avec la coll. de Ch. Soliamont
Prix : 6.00

Plus connu par l'accident historique qui coûta la vie au roi des Belges, Albert Ier, le 17 février 1934, le site mosan de Marche-les-Dames, à 9 km du centre de Namur en direction de Huy et Liège, recèle un trésor patrimonial peu commun : l'abbaye Notre-Dame du Vivier. Caché dans la vallée de la Gelbressée, à l'arrière des installations militaires qui occupent, depuis la fin de la guerre 1940-1945, le château qui avait appartenu jusque là aux Princes d'Arenberg, cet antique monastère de cisterciennes offre des témoignages architecturaux et patrimoniaux très bien conservés qui racontent son histoire du XIIIe et XXe siècle. La grande période de son développement, dans le cadre de l'ordre cistercien, se situe entre le XIIIe siècle et la Révolution française. Treize grandes abbesses cisterciennes, au moins, ont marqué ces lieux de leur empreinte. Désormais et depuis le décret du 27 mai 2009, ce joyau peu connu est classé "Patrimoine exceptionnel" de la Région wallonne.





PAtrimoine campanaire 
 
Le patrimoine campanaire de Wallonie : cloches, carillons, horloges [72]
 
Texte de J.-P. de Caluwé, E. Delsaute, P. Dufrêne, C. et S. Joris, B. Mathieu, J.-C. Michallek, J. Renders, C. et P. Slégers;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2010, 64 p.
Prix : 6 €.
 

Des milliers de cloches, une soixantaine de carillons et plusieurs centaines d'horloges monumentales composent le patrimoine campanaire de Wallonie. Souvent placées dans des endroits inaccessibles, ces pièces artistiques, fruits de notre riche histoire industrielle, sont peu connues du grand public. Quelle maîtrise de leur art ne faut-il pas aux mouleurs, aux fondeurs, aux ferronniers, aux musiciens, aux carillonneurs, aux horlogers, aux charpentiers, aux électroniciens pour réaliser ces chefs-d'oeuvre et pour continuer à les faire vivre ! Merci à eux.
Ce Carnet se donne comme objectif d'attirer le regard sur ces merveilles artistiques, de donner quelques pistes pour les redécouvrir et d'offrir l'occasion à chacun de s'approcher de ce monde ancré dans notre subconscient.

Patrimoine de Virton 
 
Le patrimoine de Virton [71]
 
Texte de Denis Henrotay, Guido Hossey et Gaëtane Warzée;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2010, 48 p.
Prix : 5 €.
 

Anciennement dépendant du comté de Chiny, pour relever ensuite du duché de Luxembourg jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, Virton est notoirement reconnu aujourd’hui comme capitale de la Gaume, région de la Lorraine belge au patois apparenté au
français. L’occupation humaine est manifeste dès le Néolithique. Mais c’est surtout lors de l’époque gallo-romaine qu’un vicus de plus de 40 ha se développe sur le territoire de Saint-Mard, localité rattachée à Virton depuis la fusion des communes en 1977. Quant à la bourgade de Vetus Vertunum, au nom mentionné tardivement dans les textes, elle prend naissance au Ier siècle en amont du confluent de la Vire et du Ton. La ville de Virton entre véritablement dans l’histoire en 1270, année de la charte d’affranchissement octroyée par le comte de Chiny. De plan circulaire ceinte par un rempart cantonné de onze tours, la ville prospère durant leMoyen Âge jusqu’au milieu du XVIIe siècle, époque à laquelle l’émergence des États modernes la démilitarise. L’Époque contemporaine avec l’implantation d’un réseau ferroviaire, les désastres de la Grande Guerre et l’urbanisation massive du XXe siècle façonnera le visage du Virton actuel. Celui-ci conserve aujourd’hui des éléments patrimoniaux multiples trouvant écho dans les collections des Musées gaumais, institution incontournable qui fédère le patrimoine des dix communes constituant l’arrondissement de Virton.

Patrimoine de Beauraing 
Beauraing et son château [69]
 
Texte de François Moreau;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2010, 56 p.
Prix : 6 €.
 

Ce Carnet du Patrimoine veut vous faire découvrir un ensemble patrimonial méconnu au sein de la ville de Beauraing. Le domaine du château de Beauraing appelle à la promenade et à la découverte de son passé. Les pierres et éléments armoriés évoquent les familles qui ont marqué la ville de Beauraing, ce sont les de Beauraing, de Berlaymont, de Beaufort-Spontin et d’Osuna. Aujourd’hui, le château, privé, connu sous le nom de Castel Sainte-Marie accueille des hôtes de passage, tandis que le parc du Castel Saint-Pierre, propriété de la ville de Beauraing, ouvre ses grilles aux promeneurs.

Patrimoine de Mellet 
 
Le patrimoine de Mellet [68]
 
Texte de Lucien Michaux;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2010, 64 p.
Prix : 6 €.
 

Mellet, proche de Charleroi, était frontière du duché de Brabant jusqu’à la Révolution française. La voie romaine qui traverse le village au nord et la présence du vicus romain des Bons Villers ont très tôt favorisé son développement. L’église classée a déjà sa longueur actuelle au VIIe-VIIIe siècle. Sa géologie particulière participe à son expansion par l’apport de pierres pour la construction et de chaux pour les terres agricoles. Le musée situé dans un donjon médiéval classé témoigne de la présence de vingt-deux fabricants de tuile. Le seigneur local va embellir l’église et les boiseries en témoignent abondamment. De grandes chapelles et fermes ancestrales jalonnent son paysage.
L’ombre de saint Mutien-Marie et sa procession attirent des pèlerins. Bref, une petite entité au patrimoine très riche.

Spinoi
Le "Spinoi" à Rebecq (Brabant wallon) : site mésolithique ancien sur loess.
Sous la direction de Dominique Bosquet
Etudes et Documents. Archéologie 16. 151 pages, 18 € (TTC)
.
 
Depuis sa reconnaissance en 1885 par M. De Puydt, le Mésolithique belge a fait l'objet de nombreuses études, principalement en Campine, en Flandre sableuse et dans la vallée de la Meuse. Dans ce cadre géographique large, la bande loessique de la Moyenne Belgique, qui comprend le Hainaut, le Brabant et la partie Hesbignonne de la province de Liège, forme très nettement un hiatus. L'intense exploitation agricole dont ces terres sont l'objet depuis la période romaine a en effet provoqué une forte érosion et détruit la qusi-totalité des sites de plein air du Tardiglaciaire et du début de l'Holocène.
 
Deux exceptions ont cependant été rencontrées jusqu'ici : le site de la place Saint-Lambert à Liège, soit un contexte très particulier de plaine alluviale, et "Le Spinoi" à Rebecq, objet du présent volume. Indécelable en surface, ce gisement daté du Mésolithique ancien n'aurait probablement jamais été découvert sans les travaux archéologiques réalisés sur le tracé occidental du TGV. L'étude pluridisciplinaire du site a permis de démontrer son degré satisfaisant d'intégrité spatiale, autorisant, entre autres, quelques hypothèses sur le fonctionnement du campement.
 
La fouille du "Spinoi" apporte ainsi un complément aux connaissances sur le Mésolithique ancien de nos régions et elle démontre, par ailleurs, qu'il faut croire à la possibilité d'autres découvertes dans les loess de Moyenne Belgique, juqu'à alors réputés perdus pour la recherche centrée sur cette période de notre passé.
 
    
Carnet du Patrimoine 67 - Château d'Ecaussinnes-Lalaing
Le château fort d’Écaussinnes-Lalaing [67]
 
Texte de Frans Doperé;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2009, 56 p.
Prix : 6 €.
 

Le château fort d’Écaussinnes-Lalaing est non seulement le château médiéval le plus impressionnant de la province du Hainaut, mais surtout le plus complet. Conçu vers la fin du XIIIe siècle comme une enceinte rectangulaire à trois tours hébergeant toujours et exceptionnellement la maison du seigneur, la grande salle ou «magna aula» et la chapelle, le château a connu de grands moments sous les seigneurs de Croÿ, et de Michel de Croÿ en particulier, qui lui a donné les œuvres d’art tout à fait exceptionnelles par leur monumentalité et leur qualité que sont les deux grandes cheminées qui continuent à témoigner de la puissance de ses seigneurs et du savoir faire des grands maîtres de carrières d’Écaussinnes. L’auteur s’est efforcé de faire parler, non seulement les sources historiques relatant l’histoire des seigneurs successifs, mais il a interrogé pour la première fois d’une façon approfondie le monument même, ses espaces, ses maçonneries, ses pierres, révélant ainsi d’une façon très vivante et pas à pas la naissance et l’évolution architecturale de ce château.

 
Carnet du Patrimoine 6- Abbaye de Saint-Laurent
L'ancienne abbaye Saint-Laurent de Liège [66]
 
Texte de Bernard Wodon;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2009, 32 p.
Prix : 4 €.
 
Dédié à Saint Laurent, le monastère remonte à 968. La prospère abbaye bénédictine du Publémont, également foyer culturel important au milieu du XIe siècle, relève de la célèbre abbaye de Cluny. À la grande crise obérant les finances de 1227 à 1404, l'ère de renouveau ne subit pas les troubles du sac de Liège en 1468 par Charles le Téméraire.
Une ère de relèvement coïncide avec l'italianisme dû, au début du XVIe siècle, à la Renaissance septentrionale. Puis les XVIIe et XVIIIe siècles embellissent. Mais l'après-1789, celui de la transformation de l'abbaye en " Hôpital de la Liberté " puis de la conversion de l'ex-quartier abbatial en caserne de durant le régime hollandais (1815-1830), voit l'arrivée de treize religieuses augustines venues, dès 1839, de l'Hôtel-Dieu de Paris.
En 1940, la Croix-Rouge reprend la direction de l'hôpital militaire. Occupé successivement par les Allemands puis par les Américains, les services hospitaliers militaires belges réintègrent le site, restauré et réaménagé trois ans plus tard par le service des constructions militaires jusqu'en 1953. Avec la restructuration des Forces armées belges en 1990, l'hôpital perd ses deux dernières affectations en 1998. La 3e Direction régionale des constructions et la 10e Compagnie des troupes de transmission font place au siège du 3e Centre Régional d'infrastructure (3C.R.I.).
 
Carnet du Patrimoine 65 - Couvin
Le patrimoine de Couvin [65]
 
Texte de Sylvie Boulvain et Arthur Boulvain;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2009, 56 p.
Prix : 6 €. 
 
L'ancienne Bonne Ville de Couvin a gardé à l'intérieur de ses fortifications aujourd'hui disparues des traces intéressantes de son passé médiéval dans le tracé sinueux de ses rues et ruelles. Les nombreux bâtiments en pierre calcaire, modestes et cossus, des XVIIIe et XIXe siècles lui confèrent une homogénéité et un cachet indéniables. Quant à ses faubourgs, ils se sont étendus grâce à son dynamisme commercial et à son développement industriel dès la fin du XVIIIe siècle. En suivant ce parcours, vous aurez l'occasion de découvrir les pages marquantes de l'histoire de cette bourgade de l'Entre-Sambre-et Meuse blottie au creux de la vallée de l'Eau Noire, dominée par son rocher et entourée d'une forêt séculaire.
 
Carnet du Patrimoine [50]
Le Forum de Liège et l'oeuvre de Jean Lejaer
 
Texte de Jacques Barlet et Freddy Joris;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2008,  60 p.
Prix : 5 €.
 
La salle de spectacles "Le Forum" ouvre ses portes au public en 1922 à l'instigation de l'homme d'affaires Arthur Mathonet, fondateur de l'Ancienne Belgique. Trois années furent nécessaires pour la réalisation de cet édifice, majectueux tant à l'extérieur qu'à l'intérieur et inscrit sur la liste du Patrimoine exceptionnel de Wallonie. Freddy Joris, Administrateur général de l'Institut du Patrimoine wallon (IPW), et Jacques barlet, expert à l'IPW, vous invitent à partir à la découverte du célèbre et richissime monument, mais également des autres oeuvres de l'architecte verviétois Jean Lejaer.
 
Carnet du Patrimoine [49]
Limbourg, patrimoine exceptionnel de Wallonie
 
Texte de Jean de Heselle;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2008,  56 p.
Prix : 6 €.
 
La ville haute de Limbourg a su, jusqu'à présent, résister à l'évolution de l'urbanisme moderne. Cet aspect authentique lui confère une valeur patrimoniale digne de protection et lui vaut d'être inscrite sur la Liste du patrimoine exceptionnel de Wallonie. Grâce à ce carnet, vous parcourez la place Saint-Georges dominée par l'église du même nom, construite au XVe siècle, mais également les nombreuses venelles reliant celle-ci aux anciens remparts. Coins et recoins limbourgeois, connus et méconnus, vous seront décrits et parfois même contés, l'anecdote ou la rumeur villageoise venant compléter l'histoire.
 
Carnet du Patrimoine [48]
Le château de Boussu
 
Texte de Marcel Capouillez;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2008, 48 p.
Prix : 5 €.
 
Le chroniqueur italien du XVIe siècle, Guichardin, décrit le château de Boussu comme "la plus belle demeure qu'on puisse voir en tous les Pays-Bas, une demeure digne d'un roi...". Le célèbre architecte montois Jacques Du Broeucq avait entrepris dès 1539 la construction d'une nouvelle demeure sur les ruines d'un château détruit en 1478. La nouvelle résidence s'inscrivait dans la lignée des châteaux de la Loire : luxe et somptuosité caractérisaient ce château dont il ne subsiste aujourd'hui que le châtelet d'entrée.
Marcel Capouillez vous invite à découvrir l'histoire mouvementée de ce château grâce notamment aux fouilles archéologiques réalisées sur le site.
 

 Parcs et jardins en Wallonie
Parcs et jardins en Wallonie
 
Texte de Nathalie de Harlez de Deulin;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2008, 464 p.
Prix : 55 €.
 
C'est cet important patrimoine paysager qui est présenté au grand public à travers cet ouvrage très complet. Après une analyse de sources documentaires, un exposé historique et l'évocation de certains créateurs, l'auteur, Nathalie de Harlez de Deulin, historienne de l'art forte de douze années d'expertise en la matière, propose une découverte thématique des parcs et jardins de Wallonie. Jardins d'église, jardins d'eau, jardins botaniques, jardins productifs mais également constructions et ornements de jardins sont abordés en détails, le tout agrémenté d'un dictionnaire des créateurs.
 
Ce luxueux volume se veut donc une sorte de kaléidoscope des jardins de Wallonie dont l'abondance et la richesse patrimoniale fournissent autant d'impressions successives et d'empreintes particulières. Une somme à mettre entre les mains de tous les passionnés du genre.

 
Palais de Liège
Le palais de Liège
 
Texte de Julie Godinas ;
Inclus schéma des façades et plan du palais ;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2008, 234 p.
Prix : 35 €.
 
 
L’ouvrage propose de faire découvrir au grand public l’ensemble de ces splendeurs grâce à un récit détaillé et à de nombreuses illustrations. Après une importante introduction historique replaçant l’édifice dans son cadre historique et dans son environnement urbain, l’auteur emmène le lecteur à la découverte approfondie de toutes les richesses patrimoniales que recèlent les façades, les deux cours et les nombreuses pièces d’apparat qui placent incontestablement le palais de Liège au rang des plus beaux palais européens, ce dont Wallons et même Liégeois n’ont pas toujours conscience.
 
 
Carnet du Patrimoine [44]
Villes et pans-de-bois
 
Texte de David Houbrecht ;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2008, 32 p.
Prix : 4 €.
 
 
 
Cet ouvrage retrace les origines et l'évolution du pan-de-bois. Cette technique de construction connaît un regain de popularité depuis quelques années.
L'auteur évoque ce type de construction en prenant l'exemple de deux bâtiments liégeois ; cependant, les millieux ruraux ne sont pas oubliés avec l'évocation des fermes de Rahier et de Heure-le-Romain.
 

Patrimoine et réaffectation en Wallonie
Patrimoine et réaffectation en Wallonie
 
Texte de J.P. Duchesne et P. Henrion;
Namur, Institut du patrimoine wallon, 2005,  288 p.
Prix : 40 €.
 
Cet ouvrage richement illustré sur la réutilisation des monuments anciens présente 72 exemplaires de monuments classés ou non classés qui connaissent une nouvelle vie.
 
De la chapelle transformée en bibliothèque, au moulin à eau adapté en maison d'habitation en passant par l'ancien hospice devenu Parlement wallon, ce sont autant d'exemples richement illustrés qui prouvent que l'on peut faire du neuf avec du vieux sans en dénaturer les éléments originels fondamentaux.
 
La démarche de réutilisation qui, loin d'être caractéristique de notre société contemporaine, a été d'application à travers toutes les époques, depuis les temps préhistoriques déjà, permet aujourd'hui la sauvegarde de notre patrimoine désormais adapté aux nouveaux besoins. Les 72 exemples présentés sont répartis sur l'ensemble du territoire géographique de la Wallonie et concernent des réaffectations émanant d'initiatives tant publiques que privées.
 

Pour être redirigé vers le site de l’Institut du Patrimoine wallon et son catalogue des publications (vente en ligne).